Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 novembre 2016 1 21 /11 /novembre /2016 01:43


On ne dira pas que j'étais (suis) un fan de Leonard Cohen, simplement parce que je n'aime pas trop ce mot et ce qu'il peut porter d'excessif. Mais un fervent admirateur, alors là oui, et de longue date. Du coup, son décès (7 novembre 2016) fut pour moi un véritable choc - et je sais que quelques-uns de mes amis proches ont éprouvé la même chose.
En quelque sorte, c'est une partie de moi qui s'en est allée. (Pourtant, j'ai vérifié, mon poids n'a pas bougé.)
C'est que les écrits et surtout les chansons de Cohen ont accompagné et embelli ma petite existence depuis quelque 45 ans ; et ça continuera, même si provisoirement je m'abstiens de l'écouter : ça me ferait plus de mal que de bien.
Tout ça pour dire que je tenais à faire figurer dans ce blog quelque chose en hommage à Cohen, mais que ça s'est avéré difficile. Je pondrai sans doute, plus tard, un texte plus consistant et plus personnel.
En attendant, j'ai préféré opter pour un truc court, une sorte de poème, basé sur un procédé qui ne m'engageait pas trop, émotionnellement : je n'ai pas besoin de le préciser à ceux qui connaissent bien le répertoire de Cohen, ce qui suit est essentiellement un condensé de citations de ses chansons (les traductions sont de moi, donc s'il y a des maladresses, je les assume), avec très peu de mots de moi, la seule difficulté finalement ayant été d'articuler le tout pour que ça ait un minimum de cohérence.
Ah, faut que je dise encore qu'il y a ailleurs dans ce blog des photos prises lors de deux concerts de Cohen (Gand en 2012, Anvers en 2013), qu'on trouvera à ces pages : ici, puis ici, puis , et enfin .
Bises à toi
_________________________________________________________________________________________

Hineni a-t-il dit
 

Leonard ne respire plus
Une fissure dans la Tour
Vient de se refermer
Il n'y a pas de remède à ça

L'homme de l'an passé
Ce sale flemmard en costard
L'amant le boxeur l'associé le chauffeur
Le docteur qui rédige pour lui-même une ordonnance
L'homme qui quitte la table

Hineni hineni a-t-il dit
De sa voix d'or
Et Leonard ne respire plus
C'est pour moitié sa faute
Pour moitié celle des circonstances

Constatant que
L'amour véritable ne laisse pas de traces
Et que
Je t'aimerai à jamais

Leonard ne respire plus
Un chanteur doit mourir
Tout le monde le sait

Il nous reste
La feuille qui dans sa chute
Se repose un instant sur l'air
Une rose qui parle puis fane
Sur son échelle d'épines

Le cygne sur la rivière anglaise
Le rossignol et son chant disparus
L'aigle ou était-ce un vautour
La colombe qui n'est jamais libre
L'oiseau sur le fil

La jument qui s'est enfuie
La bête qui ne trouvera pas le sommeil

Il nous reste
Les Soeurs de la Miséricorde
Dix jolies femmes à Vienne
Un ivrogne chantant à l'office de minuit
Un grenier où jouent des enfants
Du thé et des oranges

Et tout ce qu'il m'est impossible d'oublier
Mais dont je ne me souviens pas

L'addition des parties qui ne fait pas la totalité
Les lettres celles que nous n'avons pas brûlées
Le capitaine dont le bateau n'a pas été construit
Le vent dans les arbres une berceuse
Le monde est doux le monde est vaste

Tu le veux plus sombre
Est-ce ce que tu voulais
Être la douve au pied de la Tour

Il nous reste
Un banjo brisé ballotté au large par les vagues
À cause de quelques chansons

Leonard ne respire plus
Et personne ne sait où la nuit s'en va
Libre comme l'eau qui coule
De passage de passage

Il a vu le futur
Une avalanche a submergé son âme
Il est allé si loin dans sa quête de la beauté
Il a attendu nuit et jour la survenue du miracle

Et la nuit vint tout était très paisible
Hineni hineni a-t-il dit

Pierre-René
 


© Pierre-René Legrand
_________________________________________________________________________________________

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre-René Legrand - dans dans mes tiroirs
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Mon Villeneuve d'Ascq de moi
  • Mon Villeneuve d'Ascq de moi
  • : Blog de Pierre-René Legrand : humour ornithologie villeneuve-d'ascq dessins photos papillons de nuit
  • Contact

Profil

  • Pierre-René Legrand
  • Grand humoriste très célèbre dans mon quartier.
  • Grand humoriste très célèbre dans mon quartier.

visiteurs à ce jour

Recherche